Possibilités d'emploi - Processus de sélection

Fermée

Vice-président, Commission canadienne des droits de la personne,

Possibilité de nomination

Nous savons que notre pays est plus fort et notre gouvernement plus efficace lorsque les décideurs reflètent la diversité du Canada. À l'avenir, le gouvernement du Canada suivra un processus de nomination transparent et fondé sur le mérite qui s'inscrit dans le droit fil de l'engagement du gouvernement à assurer la parité entre les sexes et une représentation adéquate des Canadiens autochtones et des groupes minoritaires dans les postes de direction. Nous continuerons de rechercher des Canadiens qui incarnent les valeurs qui nous sont chères : l'inclusion, l'honnêteté, la prudence financière et la générosité d'esprit. Ensemble, nous créerons un gouvernement aussi diversifié que le Canada.

L’objectif global de la ministre de la Justice et procureure générale du Canada est de s’assurer que nos lois répondent aux normes les plus élevées en matière d’équité, de justice et de respect de la primauté du droit.

Le gouvernement du Canada sollicite actuellement des candidatures auprès de divers Canadiens talentueux provenant de partout au pays qui manifestent un intérêt pour le poste suivant :

Vice-président (poste à temps plein)

Commission canadienne des droits de la personne

La Commission canadienne des droits de la personne a été créée par le Parlement pour administrer la Loi canadienne des droits de la personne qui interdit la discrimination fondée sur 11 motifs dans la sphère sous compétence fédérale. La Commission a le mandat de recevoir les plaintes reliées à la Loi canadienne des droits de la personne, de mener des enquêtes au sujet de ces plaintes et de les résoudre. Elle peut aussi les renvoyer au Tribunal canadien des droits de la personne. Elle assure également la conformité avec la Loi sur l’équité en matière d’emploi.

La Commission exerce son mandat en toute indépendance du gouvernement du Canada. En plus du rôle d’administrer les lois Loi canadienne des droits de la personne et Loi sur l’équité en matière d’emploi, elle a le mandat de représenter l’intérêt du public devant le Tribunal canadien des droits de la personne pour faire progresser les droits de la personne pour tous les canadiens; d’accroître la sensibilisation du public sur les enjeux concernant les droits de la personne grâce à la recherche et à l’élaboration de politiques et de promouvoir la sensibilisation, le dialogue et l’action pour promouvoir le changement en matière de droits de la personne. La Commission travaille en étroite collaboration avec les employeurs et les fournisseurs sous compétence fédérale, avec les individus, les syndicats et les organismes provinciaux, territoriaux et internationaux affectés aux droits de la personne pour encourager une meilleure compréhension de ceux-ci et pour promouvoir le développement de cultures institutionnelles qui soutiennent les droits de la personne.

Le poste de vice-président est le deuxième poste le plus élevé de la Commission et a la responsabilité d’aider à l’accomplissement du mandat statutaire de la Commission qui comprend de rendre des décisions sur les plaintes en matière de droits de la personne ainsi que la conduite de vérifications de conformité en matière d’équité en emploi. Les plaintes en vertu de la Loi canadienne des droits de la personne peuvent être traitées d’une des manières suivantes : renvoyées à d’autres processus de résolution de conflits, renvoyées au Tribunal canadien des droits de la personne, renvoyées en conciliation obligatoire ou rejetées. Les décisions de la Commission peuvent faire l’objet d’un examen par la cour fédérale. Le/la vice-président(e) peut être sollicité(e) par le commissaire en chef pour jouer le rôle de porte-parole sur les enjeux portant sur les droits de la personne et pour représenter la Commission devant des comités parlementaires ainsi que devant divers forums.

Vous pourrez trouver d'autres renseignements sur l'organisme et ses activités sur le site Web de la Commission canadienne des droits de la personne.

Les candidats doivent soumettre leur demande en ligne d'ici 23 h 59 heure de l'Est le 10 avril 2017 sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil. Votre lettre d'accompagnement devrait être adressée au Secrétaire adjoint du Cabinet (Personnel supérieur), Bureau du conseil privé, et devrait être envoyée par l'entremise de l'application en ligne seulement.

Échelle salariale : 174 700 $ - 205 500 $

Lieu de travail : Ottawa (Ontario)

Langues officielles et diversité

Le gouvernement du Canada tiendra compte du bilinguisme et de la diversité dans l’évaluation des candidats pour le poste de vice-président. Par conséquent, nous vous encourageons à indiquer dans votre profil en ligne votre compréhension de la langue seconde officielle et votre capacité de vous exprimer dans cette langue. La préférence pourrait être accordée aux candidats qui appartiennent à l'un des groupes suivants : femmes, Canadiens autochtones, personnes handicapées et membres de minorités visibles.

Pour que votre candidature soit prise en considération pour ce poste veuillez fournir dans votre demande des exemples tirés de votre expérience professionnelle qui démontrent en quoi vous satisfaites aux critères suivants :

Études et expérience

  • Diplôme universitaire dans un domaine d’étude pertinent ou une combinaison de formation équivalente, de formation en emploi et d’expérience ;
  • Un diplôme en droit d’une université reconnue serait considéré un atout ;
  • Expérience en recherche et en rédaction dans les domaines des sciences sociales ou du droit ;
  • Expérience dans l’interprétation et dans l’application des lois, des règlements et des politiques ; et
  • Expérience avec des méthodes alternatives de règlement des différends serait considérée un atout.

Si vous êtes sélectionné(e) pour une entrevue, les critères suivants seront évalués :

Connaissances, compétences et capacités

  • Connaissance des lois nationales et internationales en matière de droits de la personne et des mécanismes qui existent pour les mettre en œuvre ;
  • Connaissance du rôle de la Commission canadienne des droits de la personne en tant qu’organisme décisionnel, y compris son mandat, sa mission, sa vision et ses valeurs et les règles qui gouvernent son fonctionnement ;
  • Connaissance des enjeux en matière de droits de la personne, des problèmes sociaux et des principes de justice naturelle qui peuvent avoir des répercussions sur les droits de la personne ;
  • Connaissance des enjeux et des défis qui proviennent de la diversité de la société canadienne, et en particulier le besoin d’avoir des réponses institutionnelles adéquates ;
  • Connaissance des principes de gestion saine et de leadership ;
  • Excellente capacité à communiquer tant à l’oral qu’à l’écrit ;
  • Compétences organisationnelles démontrées et solides qualités de dirigeant particulièrement dans un contexte de gestion d’un volume de travail élevé ;
  • Capacité d’analyser et de synthétiser des informations complexes provenant de sources variées ;
  • Capacité pour reconnaître les faits pertinents et pour analyser l’information afin d’élaborer et de soutenir les décisions ;
  • Capacité de prendre des décisions transparentes, compréhensibles et justifiables en temps opportun et de façon impartiale ;
  • Capacité d’interagir avec une grande variété d’intervenants par la collaboration et la recherche de consensus ;
  • Capacité de résoudre des problèmes ;
  • Capacité de travailler efficacement de façon autonome aussi bien qu’en équipe ; et
  • Capacité d’utiliser un ordinateur pour toutes les communications, pour la recherche et pour le traitement de texte (Microsoft Word) et d’apprendre de nouveaux systèmes informatiques.

Exigences linguistiques

La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.

Si votre candidature est retenue aux fins de l'étape suivante du processus, nous communiquerons avec les personnes pouvant fournir des références pour vérifier en quoi vous avez satisfait aux exigences relatives à l'expérience et en quoi vous avez manifesté, dans votre poste actuel et les postes que vous avez récemment occupés, les qualités personnelles suivantes :

  • Fort sens de l’éthique et une grande intégrité personnelle
  • Stratégique et innovateur
  • Respectueux, juste, inclusif et fiable
  • Solide capacités interpersonnelles et bonnes dispositions à la collaboration
  • Rigueur intellectuelle
  • Tact, discrétion et bon jugement

Facteurs d'admissibilité et conditions d'emploi

Il est important que vous confirmiez dans votre demande que vous satisfaites aux exigences suivantes :

  • Le/la vice-président(e) doit demeurer ou être disposé(e) à déménager dans la région de la capitale nationale ou à proximité du lieu de travail (prévu par la loi).
  • Le/la vice-président(e) ne peut occuper une charge ou un emploi incompatible avec les attributions qui lui sont conférées (prévu par la loi).
  • Le/la vice-président(e) doit être prêt(e) à voyager partout au Canada et à l’occasion à l’étranger, au besoin.

Si vous êtes nommé(e) à ce poste :

Vous devrez vous conformer aux Lignes directrices en matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention des titulaires de charge publique tout au long de votre mandat comme terme et condition d’emploi. Vous pouvez consulter ces lignes directrices sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil, sous « Formulaires et documents de référence ».

Vous serez assujetti(e) à la Loi sur les conflits d'intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à temps plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination, un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique.

Un lien à cette annonce paraîtra dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à cette seule façon de procéder.

Un bassin de candidats qualifiés pourrait être établi et utilisé pour des possibilités de nomination semblables.