Possibilités d'emploi - Processus de sélection

Fermée

Membre régional (Ontario), Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,

Possibilité de nomination

Nous savons que notre pays est plus fort et notre gouvernement plus efficace lorsque les décideurs reflètent la diversité du Canada. À l’avenir, le gouvernement du Canada suivra un processus de nomination transparent et fondé sur le mérite qui s’inscrit dans le droit fil de l’engagement du gouvernement à assurer la parité entre les sexes et une représentation adéquate des Canadiens autochtones et des groupes minoritaires dans les postes de direction. Nous continuerons de rechercher des Canadiens qui incarnent les valeurs qui nous sont chères : l’inclusion, l’honnêteté, la prudence financière et la générosité d’esprit. Ensemble, nous créerons un gouvernement aussi diversifié que le Canada.

L’objectif primordial de la ministre du Patrimoine canadien est d’exécuter le plan du gouvernement de renforcer nos industries de la culture et de la création.

Le gouvernement du Canada sollicite actuellement des candidatures auprès de divers Canadiens talentueux provenant de partout au pays qui manifestent un intérêt pour le poste suivant :

Membre régional (Ontario) (poste à temps plein)

Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes est un tribunal administratif, créé en vertu de la Loi sur le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, chargé de réglementer et de surveiller les systèmes de radiodiffusion et de télécommunications canadiens dans l’intérêt du public, en plus de protéger la vie privée et d’assurer la sécurité des Canadiens. De plus, les responsabilités du Conseil comprennent celles découlant de la loi canadienne anti-pourriel, qui traite, entre autres, de l’envoi de messages électroniques commerciaux (par exemple les pourriels). Le Conseil a donc pour rôle de conserver un équilibre délicat « dans l’intérêt public » entre les objectifs culturels, sociaux et économiques des lois sur la radiodiffusion et les télécommunications. Le Conseil rend compte de ses activités au Parlement par l’intermédiaire de la ministre du Patrimoine canadien.

À l'exception des responsabilités de prise de décision, le membre relève du président. Les fonctions du titulaire du poste comprennent : participer aux processus d’établissement des règles, des politiques et des directives concernant les licences et entreprises, participer à des consultations et à des audiences publiques, et élaborer des règles et participer à la prise de décisions du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.

Vous pourrez trouver d'autres renseignements sur l'organisme et ses activités sur le site Web du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.

Les candidats doivent soumettre leur demande en ligne d’ici 23 h 59 heure de l'Est le 15 mars 2017 sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil. Votre lettre d’accompagnement devrait être adressée au Secrétaire adjoint du Cabinet (Personnel supérieur), Bureau du conseil privé, et devrait être envoyée par l’entremise de l’application en ligne seulement.

Échelle salariale : 142 800 $ - 168 000 $

Lieu de travail : Toronto (Ontario)

Langues officielles et diversité

Le gouvernement du Canada tiendra compte du bilinguisme et de la diversité des candidats au moment de les évaluer pour ce poste. Par conséquent, nous vous encourageons à indiquer dans votre profil en ligne votre compréhension de la langue seconde officielle et votre capacité de vous exprimer dans cette langue. La préférence pourrait être accordée aux candidats qui appartiennent à l’un des groupes suivants : femmes, Canadiens autochtones, personnes handicapées et membres de minorités visibles.

Pour que votre candidature soit prise en considération pour ce poste, veuillez fournir dans votre demande des exemples tirés de votre expérience professionnelle qui démontrent en quoi vous satisfaites aux critères suivants.

Études et expérience

  • Un diplôme d’une université reconnue dans un domaine pertinent ou une combinaison acceptable d’études équivalent, de formation professionnelle et/ou d’expérience ;
  • Expérience dans la prestation de conseils sur des questions complexes et délicates, de préférence à un niveau supérieur ;
  • Expérience dans l’établissement, le maintien et la gestion de relations fructueuses et de partenariats à l'intérieur et à l'extérieur d'une organisation ;
  • Expérience à titre de membre ou de conseiller juridique au sein d’un tribunal administratif ou expérience à comparaître devant un tribunal administratif serait considérée comme un atout ;
  • Expérience à formuler des politiques de réglementation serait considérée comme un atout ;
  • Expérience dans un secteur de réglementation, tel que l'assurance, l'énergie, la banque ou le transport, serait considérée comme un atout ; et
  • Expérience du domaine de la radiodiffusion, des télécommunications ou des médias numériques serait considérée comme un atout.

Si votre candidature est retenue aux fins d’une entrevue, les critères suivants seront évalués :

Connaissances, compétences et capacités

  • Connaissance du mandat, de la mission et des activités du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes ainsi que du cadre législatif dans lequel il évolue ;
  • Connaissance de l'environnement réglementaire et technologique dans lequel fonctionnent les entreprises de radiodiffusion, de télécommunications et de médias numériques au Canada et à l'étranger ;
  • Connaissance des tendances internationales, sociales et économiques; de l’évolution en matière de consommation de l’information et du divertissement par les différents publics; de l’évolution technologique liée au numérique; de l’environnement d’appui au contenu créatif national; du rôle du gouvernement dans la formulation des politiques publiques; et de leurs liens avec le mandat législatif du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes ;
  • Connaissance des pratiques et des procédures impliquées dans la réalisation d'une audience publique et les principes juridiques en cause, en particulier en ce qui concerne la preuve, l'interprétation juridique, d’équité procédurale, et la justice naturelle serait considérée comme un atout ;
  • Connaissance des grandes questions liées à la convergence des médias serait considérée comme un atout ;
  • Capacité d’interpréter les dispositions de divers textes législatifs, la réglementation, les politiques et autres documents ;
  • Capacité de rendre des décisions et des recommandations justes, équitables et en temps utile, tout en prévoyant leurs conséquences à court et à long termes, dans un environnement qui évolue rapidement ;
  • Capacité de mener des audiences et des consultations publiques équitables et efficaces ;
  • Capacité de développer des relations de travail efficaces et respectueuses, et contribuer à obtenir un consensus ; et
  • Capacié de communiquer efficacement, à l’écrit et à l’oral, et au besoin, de représenter le Conseil auprès d’un large éventail d’intervenants.

Exigences linguistiques

La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.

Si votre candidature est retenue aux fins de l’étape suivante du processus, nous communiquerons avec les personnes pouvant fournir des références pour vérifier en quoi vous avez satisfait aux exigences relatives à l’expérience et en quoi vous avez manifesté, dans votre poste actuel et les postes que vous avez récemment occupés, les qualités personnelles suivantes :

  • Normes éthiques élevées, de l’intégrité et de l’impartialité
  • Tact et diplomatie
  • Bon jugement sûr
  • Compétences supérieures en relations interpersonnelles
  • Collégialité

Facteurs d’admissibilité et conditions d’emploi

Il est important que vous confirmiez dans votre demande que vous satisfaites aux exigences suivantes :

  • Nul ne peut être nommé conseiller ni continuer à occuper cette charge s’il n’est pas un citoyen canadien résidant habituellement au Canada ou si, directement ou indirectement, en qualité notamment de propriétaire, d’actionnaire, d’administrateur, de dirigeant ou d’associé : a) il participe à une entreprise de télécommunications; ou b) il possède un intérêt pécuniaire ou un droit de propriété dans : i) une entreprise de télécommunications; ii) la fabrication d’appareils de télécommunications ou leur distribution, sauf si celle-ci ne constitue qu’un élément accessoire dans le commerce de gros ou de détail de marchandises en tous genres. Au cas où un conseiller a un intérêt dans une entreprise de télécommunications, il est tenu de se les départir entièrement dans les trois mois qui suivent leur transmission (prévu par la loi).
  • Un membre :
    • Doit se consacrer exclusivement à l’exécution des fonctions qui leur sont conférées (prévu par la loi).
    • Doit demeurer ou être disposé(e) à déménager au lieu de travail indiqué ou à un endoit situé à une distance raisonnable du lieu de travail.
    • Doit être prêt(e) à voyager partout au Canada, au besoin.

Si vous êtes nommé(e) au poste :

Vous devrez vous conformer aux Lignes directrices en matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention des titulaires de charge publique tout au long de votre mandat comme terme et condition d’emploi. Vous pouvez consulter ces lignes directrices sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil, sous « Formulaires et documents de référence ».

Vous serez assujetti(e) à la Loi sur les conflits d'intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à temps plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination, un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique.

Un lien à cette annonce paraîtra dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à cette seule façon de procéder.

Un bassin de candidats qualifiés pourrait être établi et utilisé pour des possibilités de nomination semblables.