Profil d'organisme - Musée des beaux-arts du Canada

Introduction

Le profil des administrateurs du Musée des beaux-arts du Canada est basé sur la Loi sur les musées, la politique de gouvernance du Musée et les orientations et lignes directrices du Bureau du Conseil privé et du Conseil du Trésor1 et s'y conforme.

La mission du Musée des beaux-arts du Canada tel qu'énoncé dans la Loi sur les musées (art. 5)

« Constituer, entretenir et faire connaître, dans l'ensemble du Canada et à l'étranger, une collection d'oeuvres d'art anciennes, modernes et contemporaines principalement axées sur le Canada, et d'amener tous les Canadiens à mieux connaître, comprendre et apprécier l'art en général. »

Pour réaliser sa mission, le Musée s'est fixé quatre objectifs stratégiques qu'il revoit annuellement durant le processus de planification :

  • acquérir, préserver, documenter et étudier des œuvres anciennes et contemporaines, nationales et étrangères, afin de bien illustrer le patrimoine canadien en arts visuels;
  • favoriser la connaissance, la compréhension et l’appréciation des arts visuels chez les Canadiens et Canadiennes, et faire connaître les collections tant au Canada qu’à l’étranger;
  • assurer la direction et la surveillance; administrer les ressources et bien les mettre en valeur; et
  • fournir, pour la préservation et l’exposition des collections nationales, un lieu sûr et adéquat qui soit facilement accessible au public.

Le mandat du conseil d'administration :

Selon la Loi sur les musées de 1990 :

« Il incombe au conseil de veiller à l'exécution de la mission du Musée ainsi qu'à la gestion de son activité. »
[Paragraphe 18(3)]

Composé de 11 membres, le conseil doit rendre compte par l’entremise du président au ministre responsable de l’administration de la Loi sur les musées, tel que précisé dans les lignes directrices du Conseil du Trésor. C’est le ministre de Patrimoine canadien qui représente le Musée au cabinet et au Parlement.

Au nom du gouvernement, le conseil agit à titre d’administrateur en tenant la direction responsable du rendement du Musée, de sa viabilité à long terme et de la réalisation de ses objectifs. Le conseil doit veiller à ce que le Musée gère ses collections et ses autres biens, ses installations et expositions ainsi que ses ressources humaines et financières conformément à aux normes muséologiques.

Afin d’assurer le renouvellement et le rajeunissement du conseil, la Loi sur les musées stipule la durée du mandat et le nombre de mandats qui sont accordés aux administrateurs, au président et au vice-président.

Les rôles et responsabilités des administrateurs :

Le rôle des administrateurs est essentiel, même s’ils ne s’occupent habituellement pas de la prise de décisions quotidienne du Musée. La direction du Musée fournit de l’information au conseil, recherche son avis et lui demande d’approuver des propositions. Chaque administrateur est appelé à exercer son jugement et son indépendance dans la formulation des décisions du conseil d’approuver, de rejeter ou de demander le report de propositions soumises par la direction. Un conseil fort est vital à la réalisation des objectifs du Musée.

En tant que membres du conseil du Musée, les administrateurs sont responsables des fonctions suivantes :

Établir l'orientation stratégique du Musée

  • faire des suggestions à la direction au sujet des tendances et des enjeux émergents;
  • jouer un rôle de chef de file dans l’élaboration des stratégies, objectifs et plans; examiner et approuver le plan d’entreprise.

Protéger les ressources du Musée

  • examiner et approuver les budgets annuels de fonctionnement et d’immobilisations du Musée, ainsi que les nouvelles propositions de projet d’importance; le conseil examine et approuve toutes les décisions importantes concernant l’actif du Musée et son financement;
  • cerner les principaux risques rattachés aux activités du Musée et veiller à ce que des systèmes adéquats soient en place pour gérer ces risques;
  • veiller à l’intégrité des systèmes d’information de gestion et de contrôle interne du Musée et à la qualité de ses pratiques de gestion;
  • évaluer les résultats financiers et assurer l’intégrité de l’information financière; approuver les états financiers vérifiés de fin d’exercice;
  • assurer le respect de l’éthique et des valeurs pertinentes; et
  • assurer la conformité aux lois et règlements, aux principes de vérification et de comptabilité ainsi qu’aux politiques et règlements du Musée.

Contrôler le rendement du Musée et faire rapport à l'État

  • contrôler le rendement du Musée en fonction des objectifs définis dans le plan d’entreprise, y compris l’évaluation des résultats d’exploitation afin d’établir si le Musée est bien géré;
  • veiller à ce que les informations transmises à l’État soient suffisantes pour permettre à celui-ci d’évaluer dans quelle mesure le Musée a atteint ses objectifs;
  • évaluer l’efficacité du conseil lorsqu’il s’agit de s’acquitter de ses responsabilités, notamment en surveillant le rendement de chacun des administrateurs; et
  • établir des objectifs et des indicateurs pour mesurer et évaluer le rendement du directeur.

Stratégies et communications relatives aux parties intéressées

  • veiller à déterminer les parties intéressées et à élaborer les plans de communications et les stratégies pertinentes; et
  • contribuer aux stratégies visant à renforcer l’image du Musée auprès du public et des parties intéressées.

Planifier la relève

  • planifier la relève du conseil en élaborant un profil des compétences des administrateurs afin de cerner les compétences particulières requises pour compléter l’éventail des attributs du conseil en tant que tout (basé sur ce profil des compétences) et en suggérant, par l’entremise du président, une liste restreinte de candidats recommandés au ministre de Patrimoine canadien;
  • veiller à l’orientation adéquate des administrateurs;
  • planifier la relève du président du conseil en élaborant des critères de sélection et en présentant des recommandations à ce titre au ministre de Patrimoine canadien;
  • nommer le directeur du Musée tel que stipulé à l’article 23 de la Loi sur les musées; le conseil élaborera des critères, entreprendra un processus de sélection rigoureux et obtiendra l’approbation du gouverneur en conseil; et
  • assurer que le Musée adopte les plans de relève pertinents pour ses principaux gestionnaires.

Attributs, compétences et expérience de base exigés des administrateurs :

  1. Connaissances, attributs et expérience
    • Tous les administrateurs doivent connaître et s'intéresser au domaine des arts visuels et s'y vouer.
    • En outre, le conseil exige un ensemble équilibré de compétences, de connaissances et d'expériences afin d'assurer surveillance et orientation, dont :
      • des expériences précédentes comme administrateur d’un conseil de société privée ou sans but lucratif;
      • une connaissance et une expérience du domaine des affaires et des meilleures pratiques d’affaires;
      • une connaissance du domaine des finances : s’il est avantageux que tous les administrateurs soient en mesure de lire des états financiers, au moins trois administrateurs doivent posséder une connaissance ou une expérience du domaine financier afin que cette compétence soit assurée au comité de vérification et des finances;
      • une connaissance et une expérience des ressources humaines;
      • une connaissance et une expérience des affaires publiques et du marketing;
      • une connaissance et une expérience de la philanthropie et des campagnes de financement; et
      • une expérience de l’action communautaire.
  2. Attributs et compétences de base requis de tous les administrateurs :
    • Un jugement éclairé : être en mesure de donner des conseils judicieux et réfléchis selon une vaste perspective nationale, d’analyser, de poser des questions pertinentes au niveau stratégique, de tenir compte du point de vue des diverses parties intéressées et de comprendre des situations ou des problèmes en examinant des questions sous-jacentes;
    • Intégrité et obligation de rendre compte : faire preuve de probité et d’intégrité, être prêt à donner suite aux décisions du conseil et demeurer responsable de celles-ci, s’acquitter des obligations de rendre compte fixées par les lois, les règlements administratifs et les règlements du conseil; se voir au service des intérêts des Canadiens;
    • Incidence et influence : connaître l’incidence des enjeux, des politiques et des décisions du Musée sur l’opinion publique, être sensible aux nécessités et aux visées divergentes des différentes parties intéressées et prendre des mesures pour convaincre ou influencer les autres dans le but d’influencer ou de produire un effet donné; et
    • Motivation élevée et désir d’excellence : désireux de faire une contribution à la réputation d’excellence du Musée des beaux-arts du Canada et d’assumer un fort leadership.
  3. Représentation régionale et démographique :
    • Compte tenu de la mission nationale du Musée, le conseil doit veiller à une juste représentation des hommes et des femmes et toutes les régions du Canada en son sein et cherchera à refléter toute la diversité de la population canadienne. Le conseil doit pouvoir s’exprimer dans les deux langues officielles. Tel que stipulé dans la Loi sur les musées, tous les administrateurs doivent être des citoyens canadiens.

Conditions de travail :

  • Le nombre de réunions : le conseil se rencontre habituellement quatre fois par année, trois fois dans la région de la capitale nationale et une fois à l’extérieur d’Ottawa. Les administrateurs doivent se préparer à ces réunions et y participer activement. La participation occasionnelle à des téléconférences est également requise.
  • Travail en comité/fonctions additionnelles : le conseil a délégué certaines responsabilités à sept comités (vérification et des finances, acquisition, affaires publiques – à être enlevé; n’est pas un comité, comité de gouvernance et des candidatures, ressources humaines, programmes publics, le comité consultatif du Musée canadien de la photographie contemporaine et le comité exécutif). Les administrateurs sont nommés à l’un ou plus de ces comités qui se rencontrent deux à quatre fois par année (ou plus souvent au besoin), habituellement en même temps que les réunions du conseil plénier.
  • Temps moyen consacré au conseil : les administrateurs doivent s’attendre à consacrer environ 20 jours annuellement aux réunions, aux déplacements et à la préparation des réunions.
  • Conformité au code d’éthique : la Loi sur la gestion des finances publiques exige que les administrateurs des sociétés d’État dévoilent la nature et l’étendue de leurs intérêts dans tout contrat important avec la société. Le Musée possède un code d’éthique pour guider le comportement de ces administrateurs.

  1. Bureau du Conseil privé, Créer des profils pour les administrateurs des sociétés d'État et Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Guide d'introduction aux rôles et responsabilités des administrateurs de sociétés d'État.