Profil d'organisme - Musée national des sciences et de la technologie

Mandat

Le mandat de la Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada (SMSTC), appelée Musée national des sciences et de la technologie dans la loi, est énoncé au paragraphe 14 de la Loi sur les musées.

En tant qu’organisme national et membre du portefeuille du Patrimoine canadien, la Société est chargée de préserver et de protéger le patrimoine scientifique et technologique du Canada ainsi que de promouvoir et de faire connaître ce patrimoine. Au moyen d’expositions, de programmes et de sites Web, les musées de la Société – le Musée des sciences et de la technologie du Canada, le Musée de l'aviation du Canada et le Musée de l'agriculture du Canada – racontent l’histoire de l’ingéniosité et des réalisations des Canadiens en sciences et en technologie et expliquent la façon dont ces réalisations ont contribué à l’édification de notre pays. La vaste collection de la Société touche sept grands thèmes : l’aviation, les communications, la fabrication, les ressources naturelles, les ressources renouvelables, y compris l’agriculture, ainsi que les sciences physiques et la médecine, et les transports et lui permet de s’acquitter de sa responsabilité qui consiste à développer et à gérer une collection représentative d’artefacts et d’autres éléments de matériel scientifiques et technologiques. Chaque musée effectue des tâches de conservation et crée ses propres activités et stratégies de programmation en tenant compte du marché et de la clientèle qu’il sert.

En tant qu’organisme du gouvernement du Canada, la Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada doit adhérer au principe de la responsabilité financière et montrer aux Canadiens la valeur des fonds publics qui lui sont destinés.

Rôles et responsabilités

Le mandat du conseil d'administration de la Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada est énoncé au paragraphe 18.3 de la Loi sur les musées et à la partie X de la Loi sur la gestion des finances publiques.

Le mandat du conseil d’administration de la SMSTC consiste à veiller à la gestion de la Société dans l’intérêt fondamental de la Société et dans l’intérêt à long terme du gouvernement. Le conseil d’administration doit faire preuve de jugement lorsqu’il établit l’orientation stratégique de la Société, protège les ressources de celle-ci, surveille son rendement et fait rapport au gouvernement. Plus précisément, il incombe au conseil d’administration :

  • d’exercer un leadership stratégique;
  • de faire preuve d’intégrité et d’être un modèle en matière d’éthique;
  • d’établir les objectifs de la Société et les objectifs de politique générale;
  • de veiller au rendement financier;
  • d’examiner les décisions financières importantes et de les approuver;
  • d’établir des objectifs et d’évaluer chaque année le rendement du président-directeur général (PDG) en fonction de ces objectifs;
  • d’évaluer sa propre efficacité dans l’accomplissement de ses fonctions;
  • de planifier la relève au sein du conseil d’administration; et
  • de planifier la relève du PDG.

Défis, enjeux et initiatives

Le conseil d’administration de la SMSTC est confronté à un certain nombre d’enjeux. Il lui faut absolument rallier l’appui des secteurs public et privé afin de relever ces défis.

Locaux

Comme c’est le cas depuis plusieurs années, les questions relatives aux locaux sont primordiales pour la Société, qui estime que sa plus grande priorité à ce chapitre est la construction d’un nouvel immeuble pour abriter le Musée des sciences et de la technologie du Canada. À la demande du gouvernement du Canada, la Société a commencé à définir les besoins et les coûts d’un nouveau musée des sciences et de la technologie qui permettrait d’abriter et de présenter convenablement les réalisations scientifiques et technologiques canadiennes. Ce projet de construction de la Société doit absolument faire l’objet d’une approbation de principe.

La construction du hangar pour entreposer les avions de collection a permis de répondre aux besoins en matière de préservation du Musée de l'aviation du Canada. Un concept a été réalisé pour l’ensemble du site dans le cadre du projet du hangar. La Société doit continuer à chercher des appuis en prévision des prochaines étapes comprises dans le concept du Musée de l'aviation du Canada.

Il faut aussi se pencher sur les questions relatives aux locaux du Musée de l’agriculture du Canada. La Ferme expérimentale centrale, dont fait partie le Musée de l’agriculture du Canada, a été classée lieu historique national en 1998. L’appendice au plan directeur de 2006 du Musée de l'agriculture du Canada expose le bien-fondé de l’agrandissement du musée sur le terrain de la Ferme expérimentale centrale. Le Comité consultatif de l'urbanisme, du design et de l'immobilier de la Commission de la capitale nationale a approuvé l’appendice, et la Société peut maintenant chercher à obtenir des fonds pour les immobilisations afin de mener à terme son programme fonctionnel.

Diffusion à l'échelle nationale

En tant qu’organisme national, la Société tient à mettre sa collection et ses programmes à la disposition de tous les Canadiens. La Société poursuivra sa collaboration avec d’autres organismes et partenaires de l’industrie afin de maximiser l’utilisation qu’elle fait des ressources et d’atteindre des résultats avantageux pour tous, dans l’esprit du rôle de chef de file auquel on s’attend d’un organisme national.

Situation financière

Si la Société veut disposer de ressources suffisantes pour lui permettre de saisir les occasions nouvelles et de poursuivre les activités qui lui sont confiées, elle doit renforcer sa situation financière générale. En collaboration avec le ministère du Patrimoine canadien et les organismes centraux, la Société s’emploiera à faire augmenter ses fonds de fonctionnement et à corriger les anomalies en matière de financement du fait qu’il s’agit d’une société d’État. Les partenariats ainsi que les activités de parrainage et de financement formeront aussi un élément clé pour l’élaboration de nouvelles initiatives.

Main-d'œuvre durable

La survie et la prospérité futures de la Société sont directement liées à sa capacité de conserver sa main-d’œuvre. Il est de la plus haute importance que la Société élabore et mette en œuvre une stratégie de ressources humaines dans les domaines du recrutement, de la formation et du perfectionnement, de l’avancement et de l’examen du rendement.

Principales qualités et compétences

Pour remplir efficacement son rôle de gardien, le conseil d’administration de la SMSTC doit pouvoir compter dans ses rangs des membres qui possèdent un grand nombre des principales qualités et compétences ci-dessous.

  • Leadership
  • Vision et influence
  • Engagement
  • Honnêteté
  • Intégrité et responsabilité
  • Jugement sûr
  • Souplesse
  • Esprit d’initiative

Connaissances, compétences et expérience recherchées

Il importe que le conseil d’administration soit composé de membres dont l’ensemble des compétences convient à la nature des activités de la Société et au fonctionnement du conseil. Il est également reconnu que ces compétences sont susceptibles de changer au fil du temps selon l’orientation stratégique et les questions auxquelles est confrontée la Société.

Le conseil d’administration de la Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada a cerné les connaissances et les compétences suivantes :

  • connaissance du rôle et de la fonction d’un organisme chargé de collections ou d’un musée;
  • compréhension des questions qui peuvent toucher la Société, y compris son secteur d’activité, sa clientèle, son marché, son environnement public et ses concurrents;
  • connaissance de la gestion financière, de la comptabilité et de l’administration, surtout chez les membres appelés à participer au Comité de vérification et des finances;
  • connaissance de la planification et de la gestion d’installations;
  • connaissance de la commercialisation et des communications;
  • connaissance des activités de financement;
  • connaissance du milieu juridique ou expérience dans ce domaine;
  • connaissance des responsabilités du conseil d’administration selon la Loi sur la gestion des finances publiques;
  • connaissance des pratiques exemplaires dans les domaines de l’organisation et de la gestion de conseils d’administration;
  • connaissance des structures et des processus généraux de l’administration fédérale.

De plus, il serait utile que les membres aient de l’expérience dans un des domaines relevant de la compétence de la Société. Dans le cas de la SMSTC, il s’agit notamment des sciences et de la technologie, par exemple l’aviation, les communications, la fabrication, les ressources naturelles, les ressources renouvelables, l’agriculture, les sciences physiques, la médecine et les transports. Le fait d’avoir déjà été membre d’un conseil d’administration d’un organisme sans but lucratif ou gestionnaire supérieur d’un organisme professionnel ou communautaire serait également un atout.

Représentation

La composition du conseil d’administration doit refléter la société canadienne en général et la clientèle qu’il sert. Dans le cadre de la planification de la relève au sein du conseil, il faut s’efforcer d’atteindre un juste équilibre en ce qui a trait notamment au sexe, à la langue, aux groupes cibles visés par l'équité en matière d'emploi et à la représentation des régions du pays.

Conditions de travail

Les membres du conseil d’administration sont nommés par le ministre du Patrimoine canadien, sur approbation du gouverneur en conseil, pour des mandats n’excédant pas quatre ans et pour au plus trois mandats. Le président et le vice-président ne peuvent être nommés pour plus de deux mandats de quatre ans chacun. Le conseil compte neuf membres outre le président et le vice-président. Les bureaux de la Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada sont situés à Ottawa, en Ontario.

Le conseil d’administration se réunit habituellement quatre fois par année à Ottawa, et il est possible que l’une de ces réunions ait lieu dans une autre ville canadienne. Les membres peuvent aussi être appelés à siéger à un des comités du conseil d’administration. Le conseil compte cinq comités – le Comité exécutif, le Comité de vérification et des finances, le Comité des nominations et de gouvernance, le Comité du développement d’entreprise et le Comité des installations majeures. Les réunions de ces comités se tiennent habituellement trois ou quatre fois par année (ou plus souvent, au besoin), généralement en même temps que les assemblées générales du conseil. Il arrive que les membres doivent participer à des téléconférences. Bien qu’il s’agisse d’une estimation, les membres peuvent s’attendre à consacrer environ 20 jours par année à leur fonction, en supposant qu’ils participent à au moins un comité du conseil.

Les réunions du conseil ont lieu dans les deux langues officielles selon la préférence de la personne qui parle. Les membres du conseil reçoivent des honoraires annuels qui leur sont versés trimestriellement et une indemnité quotidienne pour chaque jour où ils assistent à une réunion. De plus, les frais de déplacement et de logement des membres leur sont remboursés.