Profil d'organisme - Musée canadien de l'histoire

Mandat de la société

La Société du Musée canadien des civilisations (SMCC) est une société d'État constituée en vertu de la Loi sur les musées (Statuts du Canada 1990, chapitre 3). Ses principales responsabilités sont de gérer le musée national d'histoire humaine du Canada, le Musée canadien des civilisations (MCC), le musée national du patrimoine militaire du Canada, le Musée canadien de la guerre (MCG), et un musée virtuel du Web, le Musée virtuel de la Nouvelle-France (MVNF).

La Loi sur les musées débute par cette déclaration à l'article 3.

« [L]e patrimoine du Canada et de tous ses peuples constitue une part importante du patrimoine mondial et doit à ce titre être préservé au profit des générations présentes et futures, et chaque musée constitué par la présente loi : (a) joue un rôle fondamental, seul ou en collaboration avec d'autres musées ou institutions analogues, dans la conservation et la promotion, dans l'ensemble du Canada et à l'étranger, du patrimoine du Canada et de tous ses peuples, de même que dans la constitution de la mémoire collective de tous les Canadiens et dans l'affirmation de l'identité canadienne; et (b) représente tant une source d'inspiration et de connaissance qu'un lieu de recherche et de divertissement qui appartient à tous les Canadiens, et offre dans les deux langues officielles un service essentiel à la culture canadienne et accessible à tous. »

À l'article 8 de la Loi, on déclare que le but de la Société du Musée canadien des civilisations consiste à

« … accroître, dans l'ensemble du Canada et à l'étranger, l'intérêt, le respect et la compréhension critique de même que la connaissance et le degré d'appréciation par tous à l'égard des réalisations culturelles et des comportements de l'humanité, par la constitution, l'entretien et le développement, aux fins de la recherche et pour la postérité, d'une collection d'objets à valeur historique ou culturelle principalement axée sur le Canada ainsi que par la présentation de ces réalisations et comportements, des enseignements et de la compréhension qu'ils génèrent. »

Dans la Loi, on déclare également que le MCC comprend le Musée canadien de la guerre.

Rôles et responsabilités

Le conseil d’administration de la SMCC sert d’organe directeur à celle-ci et relève du Parlement par l’intermédiaire du ministre du Patrimoine canadien, en ce qui concerne l’intendance du Musée. Les 11 membres du Conseil, qui proviennent de partout au Canada, sont nommés par le gouverneur en conseil suivant les recommandations du ministre du Patrimoine canadien. Le conseil d'administration de la Société assure l’orientation stratégique et la surveillance générales avec l’aide de six comités : le comité de la haute direction, le comité de vérification, le comité du développement, le comité des finances, le comité de la gouvernance, ainsi que le comité du Musée canadien de la guerre.

Le Conseil tient la Direction responsable de l’administration, au jour le jour, du rendement, de la viabilité à long terme et de l’atteinte des objectifs du Musée. Celui-ci délègue l’autorité en ce qui concerne la gestion, au jour le jour, de la Société au président-directeur général de la SMCC, lequel compte sur l’appui d’une équipe de la haute direction.

De façon générale, le conseil d'administration assume sa responsabilité sur le plan de l’intendance, en plus des responsabilités qui consistent à

  • nommer le président-directeur général de la société avec l’approbation du gouverneur en conseil; évaluer le rendement du PDG et présenter des recommandations en matière de rémunération;
  • adopter l’orientation stratégique générale tenant compte des possibilités et des risques de la société;
  • approuver le plan d'entreprise annuel et le rapport annuel;
  • surveiller le rendement du plan d'entreprise par rapport à l’orientation stratégique;
  • identifier les principaux risques liés aux activités et assurer la mise en place de systèmes appropriés afin de gérer ces risques;
  • établir des règlements en matière d’administration, de gestion et de contrôle des biens, des activités et des affaires de la société;
  • assurer l’intégrité des mesures de contrôle internes, incluant l’approbation des plans de vérification de la Société, ainsi que la présentation de renseignements sur la gestion;
  • approuver les contrats et les transactions en matière de dons de 500 000 $ ou plus;
  • approuver les retraits d’inventaire des collections de la SMCC;
  • élaborer, en matière de gouvernance de la Société, une approche basée sur des principes et des directives exclusives à la SMCC;
  • Présenter, au ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, des recommandations touchant les nominations au conseil d'administration;
  • Évaluer son propre rendement.

Défis, enjeux et initiatives

En juin 2009, le conseil d’administration de la Société du Musée canadien des civilisations approuvait de nouvelles orientations stratégiques visant à modifier ses priorités et les éléments à mettre au premier plan, à promouvoir l’innovation et à élargir la portée des activités. Ces orientations sont les suivantes.

  1. Excellence et pertinence muséologiques – La SMCC développera ses collections nationales et les recherches des conservateurs pour mieux refléter et présenter les récits, les symboles et les réalisations du pays sur les plans social, culturel, humain, militaire et politique de la vie au Canada.
  2. Présenter les musées aux Canadiens et aux Canadiennes – La SMCC accroîtra ses efforts pour se faire connaître davantage, devenir plus accessible et de plus en plus pertinente dans toutes les régions du Canada et à l’échelle internationale par des initiatives muséales novatrices et attirantes, ainsi que des programmes de diffusion.
  3. Se concentrer sur les résultats – La SMCC préservera ses pratiques de gestion disciplinées tout en se montrant flexible et réceptive aux conditions changeantes. Le personnel développera des outils et des procédures permettant de rendre compte des activités et des résultats de façon plus efficace.
  4. Financement et collecte de fonds – La SMCC cherchera à accroître ses ressources financières en faisant appel à des sources additionnelles et variées de revenus, dont les commandites d’entreprise, les partenariats, la philanthropie sollicitée dans toutes les régions du pays et les recettes de sources commerciales.

En plus de ces orientations stratégiques, la SMCC doit relever quelques défis, considérables, dont principalement l’agitation secouant les économies au Canada et ailleurs sur la planète qui pourraient réduire considérablement les recettes et l’escalade des coûts non discrétionnaires, comme les taxes municipales, les services publics et les services impartis, le tout étant combiné au financement réduit du gouvernement. Et sans oublier surtout le besoin urgent de réparations aux immobilisations, en particulier à l’édifice vieillissant du MCC qui remonte maintenant à 21 ans. La Société continue de collaborer avec le Conseil du Trésor et le ministère du Patrimoine canadien dans le but d’identifier une solution à long terme et de prendre elle-même des mesures additionnelles dans l’espoir de relever ces défis cruciaux sur le plan financier.

Le but global de la Société et de ses musées consistera à n’épargner aucun effort afin de rehausser leur valeur aux yeux des Canadiens et des Canadiennes tout en entretenant la confiance de la population en ce qui concerne leur gestion des deniers publics et leur intendance des trésors nationaux qu’on leur confie.

Attributs, compétences et expérience de base

On a identifié les compétences, l’expérience et les attributs de base suivants exigés de la part des administrateurs de la Société.

1. Connaissances

Connaissance générale des questions d’ordre patrimonial, culturel ou historique.

Combinaison des facteurs suivants :

  • implication professionnelle dans le domaine de l’enseignement ou de la recherche;
  • implication dans les activités locales, régionales ou nationales dans un domaine professionnel reconnu;
  • implication dans les dossiers concernant le mandat d’un musée consacré à l’histoire sociale nationale;
  • rédaction de publications ou présentation de conférences.

2. Aptitudes

Accréditation professionnelle reconnue dans un domaine de compétences désigné (comme le droit, la comptabilité ou l’éducation) ou emploi actuel dans une profession pertinente.

Si l’individu est retraité, liaison continue qu’il peut démontrer avec le domaine d’emploi antérieur.

S’il s’agit d’un bénévole, priorisation des activités décrites dans la section précédente.

3. Jugement informé et engagement

Capacité de dispenser des conseils réfléchis, d’analyser, de poser des questions pertinentes sur le plan stratégique, de tenir compte des points de vue des différents, intervenants, de comprendre les situations et les défis.

Priorité qui consiste à consacrer un temps suffisant afin de participer à des réunions et des conférences téléphoniques.

Capacité d’envisager des relations entre les institutions et les orientations sociales en général.

Capacité d’évaluer le rendement de la Direction et d’établir un lien entre celui-ci et les orientations établies.

4. Intégrité et responsabilisation

Normes strictes en matière d’étique et d’intégrité.

Volonté de donner suite aux décisions du Conseil et d’en assumer la responsabilité pour ainsi faire preuve d’imputabilité comme on l’exige dans la Loi et les règlements du Conseil.

Assumer son rôle qui consiste à servir les intérêts des Canadiens et des Canadiennes.

5. Effets et influence

Connaissance des effets des questions, des politiques et des décisions organisationnelles sur les intérêts et les préoccupations de la population.

Capacité de faire preuve de sensibilité à l'endroit des différents besoins et programmes des nombreux intervenants et d’agir afin de convaincre ou influencer les gens dans le but de produire un effet particulier.

6. Volontarisme

Antécédents prouvant clairement que le titulaire a fait preuve d’un sens marqué des responsabilités et d’initiative ou de leadership dans le cadre d’activités bénévoles en rapport avec le patrimoine, la culture ou l’identité canadienne.

7. Littératie financière

Capacité de lire et de comprendre les états financiers.

Capacités, connaissances et expériences particulières

L’éventail des compétences du conseil d'administration repose sur le mandat de la SMCC qui exploite des musées nationaux consacrés à l’histoire sociale, militaire et humaine. Il devrait posséder l’expertise professionnelle lui permettant de consolider l’orientation stratégique de la SMCC.

Il est souhaitable que l’expérience des membres du Conseil présente un équilibre dans les domaines suivants : communications, financement, planification stratégique, politique publique, relations avec le gouvernement, pratique juridique, comptabilité et admissible. Sur le plan professionnel, on devrait entretenir des liens avec des associations professionnelles, posséder une expérience dans les secteurs public et privé et pouvoir compter sur des représentants dans une discipline en particulier.

Les candidats devraient comprendre

  • un historien;
  • un éducateur / un enseignant / un universitaire;
  • un représentant des Premiers Peuples;
  • un comptable;
  • un avocat;
  • une personne possédant une expérience militaire ou des forces armées;
  • une personne possédant une expérience des affaires;
  • une personne possédant des connaissances en communication;
  • une personne possédant une expérience dans une activité culturelle canadienne majeure;
  • une personne possédant de l’expérience dans la collecte de fonds.

Représentation

Le Conseil devrait être représentatif des régions, de la dualité linguistique, de la diversité culturelle et des genres au Canada.

Conditions de travail

Le conseil se réunit à trois reprises, chaque année, à Ottawa-Gatineau, et une autre fois dans une autre ville canadienne choisie à tous les ans. On s’attend à ce que les membres assistent à chaque réunion du Conseil et à ce qu’ils soient disponibles afin de participer à des conférences téléphoniques au besoin. Ainsi, on exige d’eux qu’ils s’engagent à consacrer en moyenne l’équivalent de deux semaines de travail chaque année.

Les réunions du Conseil se déroulent dans les deux langues officielles afin de permettre aux gens de s’exprimer dans la langue de leur choix.

Les administrateurs sont autorisés à recevoir une rémunération en vertu des taux déterminés par le gouverneur en conseil. La rémunération comprend une indemnité journalière et une provision annuelle. Les administrateurs ont droit au remboursement des dépenses de voyage et de subsistance, raisonnables et conformes aux directives établies par le Conseil, encourues dans le but d’assister à ses réunions ou à une de ses comités ou dans le cadre d’activités du Musée.