Profil d'organisme - Centre de recherches pour le développement international

PROFIL GÉNÉRIQUE DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DU CRDI

I. Mission de la société

Le paragraphe 4(1) de la Loi sur le CRDI stipule ce qui suit :

Le Centre a pour mission de lancer, d'encourager, d'appuyer et de mener des recherches sur les problèmes des régions du monde en voie de développement et sur la mise en oeuvre des connaissaces scientifiques, techniques et autres en vue du progrès économique et social de ces régions. À cette fin, il doit notamment chercher à

  1. faire appel à des spécialistes et techniciens en sciences naturelles et sociales, tant du Canada que de l'étranger;
  2. aider ces régions à se doter du potentiel - en personnel et institutions - de recherche scientifique et d'innovation technique nécessaire à la solution de leurs problèmes;
  3. de manière générale, encourager la coordination de la recherche pour le développement international;
  4. promouvoir, en matière de recherche sur les problèmes de développement, la coopération - à leur avantage mutuel - entre les régions développées et celles en voie de développement.

II. Rôles et responsabilités

Les membres du Conseil des gouverneurs et de ses comités établissent les orientations de programme stratégiques du Centre, examinent et approuvent les objectifs, les plans et les actions du Centre en matière de finances, examinent les plans de gestion des ressources humaines, évaluent et gèrent les risques rattachés aux activités du Centre, veillent à l'intégrité des systèmes d'information de gestion et de contrôle interne de la société, surveillent le rendement de la société en fonction de son plan stratégique et de son cadre opérationnel, évaluent l'efficacité du Conseil en ce qui concerne l’exercice de ses responsabilités et élaborent des indicateurs pour mesurer et évaluer le rendement du premier dirigeant du Centre.

III. Attributs, compétences et expérience de base

Le Conseil doit être composé de personnes venant de divers horizons (milieu universitaire, organismes et agences publics et privés, monde des affaires et communauté scientifique) qui connaissent le développement international et la politique étrangère. Les membres du Conseil doivent être en mesure de porter un jugement éclairé et de donner des conseils judicieux à la direction du Centre sur un vaste éventail de questions relatives à la mission du CRDI.

Ils doivent se conformer aux normes les plus élevées en matière de déontologie et faire preuve d'intégrité. Ils doivent répondre des décisions du Conseil, s'acquitter des obligations de rendre compte imposées par la Loi sur le CRDI et le Règlement général du CRDI et être au service des intérêts du Centre.

Les gouverneurs doivent parler couramment le français ou l'anglais.

IV. ** Capacités, connaissances et expérience particulières

En vertu de la Loi sur le CRDI,

les gouverneurs doivent avoir de l'expérience dans le domaine du développement international ou de l'expérience ou une formation dans celui des sciences naturelles, des sciences sociales ou de la technologie.

Outre ce qui précède, il doit y avoir au Conseil des personnes ayant occupé des postes de haut rang dans les secteurs public et privé et des personnes ayant de l'expérience dans la formulation de politiques publiques, dans la gestion des finances et des ressources, ainsi que dans l'utilisation et l'application de la recherche scientifique et de la technologie aux fins du développement humain.

Selon l'analyse de la combinaison de capacités, de connaissances et d'expérience dont dispose le Conseil en ce moment, il lui faut trouver des personnes ayant :

V. ** Représentativité

En vertu de la Loi sur le CRDI,

au moins onze des gouverneurs, dont le président et le vice-président du Conseil, doivent être des citoyens canadiens. Parmi les dix gouverneurs venant d'autres pays, il doit y avoir au moins sept gouverneurs de pays en développement. Tout gouverneur peut recevoir un nouveau mandat, à des fonctions identiques ou non.

À l'exception du président et du vice-président du Conseil, deux des gouverneurs canadiens peuvent être choisis parmi les membres du Sénat et de la Chambre des communes.

Les différentes régions du Canada et du monde doivent y être représentées, et il doit y avoir un équilibre quant au nombre d’hommes et de femmes.

VI. Conditions de travail

Les candidats doivent être en mesure d'assister à trois réunions par année d'une durée de deux jours chacune et avoir le temps d'accorder l'attention voulue à la documentation préparée pour chaque réunion (on estime qu'il faut une journée de préparation par réunion).

Les comités du Conseil se réunissent tous les trois mois par téléconférence, habituellement avant la réunion du Conseil au grand complet (on estime que ces réunions exigent une demi-journée de préparation).

Le Centre organise périodiquement à l'intention de petits groupes de gouverneurs des visites sur le terrain (d’une durée d'une à deux semaines) aux emplacements de projets exécutés dans des pays en développement. Les gouverneurs ne sont pas tenus d'y prendre part, mais on s'attend à ce qu'ils le fassent. Ces voyages peuvent se dérouler dans des conditions parfois difficiles, les normes d'hébergement et de service pouvant varier considérablement.

** Le Centre communiquera de l’information supplémentaire sur ses besoins quand il présentera des candidatures en vue de pourvoir à des postes vacants bien précis.